Tandem à plumes

Tandem à Plumes

Comment est née la Compagnie ?

Jennifer : «Je suis comédienne et la marionnette est venue d’une incapacité momentanée de jouer avec mon propre corps. Cette difficulté m’a ouvert une porte immense. La Compagnie est née d’une envie de voler de mes propres ailes avec comme objectif : «un théâtre possible partout et pour tous» …. 15 ans après ma ligne de mire reste la même, j’ai juste pris quelques rides ! Mais le bilan est encourageant. »

Tandem à plumes, c’est qui ?

Un tandem, Franck et Jennifer, pour tenir la barre du navire.
Nous nous entourons, au fil des projets, de «copains-collègues», Catherine Bullot, Elie Delanaud, Olivier Cariat, Benoit Bertrand, Sébastien Dufour, Corentin Soleilhavoup, Kathy Touati, Jérôme B. Seyden, Antoine Gérard, Elodie Tellier, Olivier Bernaux, Vincent Haegele, Daniel Delauné, Isabelle Rémy, Isabelle Guerin…. Certains partenariats sont vieux de 20 ans, nous avons une forme de fidélité tout en gardant notre liberté.

Nos outils de prédilection :

La marionnette, la musique et le jeu théâtral sont les outils que nous manipulons avec humilité au service d’un propos  pour le public.

Avec la marionnette, le champ des possibles est multiplié. Et oui, la marionnette est en mesure de faire un double saut périlleux, alors que l’on se cantonne à la galipette ! Tout devient jeu ! Une valise peut rapidement devenir une moto, un pied peut devenir une balançoire (« Aller simple »). Un personnage âgé est envisageable même si l’on a à peine 40 ans ! Tous les objets peuvent prendre vie.
La musique live est présente dans chacun de nos spectacles. La plus part des musiques sont composées par Franck Willekens (l’autre moité du Tandem). Au gré des contextes, les contraintes sont une façon de trouver de nouvelles ambiances, de nouvelles musiques. Elles mettent en lumière, en émotions une image (issue du jeu théâtral ou du jeu des marionnettes). Elles créent un contraste, une tension qui vient toucher le public.
Le jeu théâtral : Nous avons été formés tous deux par une Compagnie de théâtre de rue (L’Acte Théâtral). La relation de proximité avec le public fait partie de notre bagage commun et nous la travaillons au fil des spectacles. Elle fait partie de notre essentiel.

Nous sommes les auteurs de nos textes (dialogues et chansons). Boris Vian, Loïc Lantoine, Audiard, Benameur, sont nos mentors.

L’humain au centre de nos recherches, de notre travail

Cette «espèce» nous pose question. Nous tentons d’en décortiquer les facettes au fur et à mesure des années.

La mémoire , l’idée de l’importance du souvenir.

Et si nous perdions la mémoire ? Qu’engrange-t-on dans notre caboche au fil des années ?«L’idée d’y mettre de belles choses m’a toujours poussée à vivre pleinement et à me poser dans les moments plus délicats.» (Jennifer)
Comment faire de chaque moment un moment important? C’est bien notre regard qui rend beau ou laid, indifférent ou précieux. Dans « La Cité Buvard », nous abordons cette thématique à travers la vision d’une enfant dans un monde onirique où le sol de la ville absorbe les souvenirs. Dans «Se souvenir … Se remplir », nous collectons des souvenirs, des anecdotes, ces instants de vie qui font ce que nous sommes, et nous les retransmettons à travers la vision de deux personnes âgées.

La mémoire collective a aussi un impact sur nous. Elle fait partie de chacun de nous.

Le secret

Parfois un secret (de famille ou non) peut obscurcir notre mémoire, nos agissements et nous libérer une fois dévoilé au grand jour.

«Le Pianophone» vient titiller cette question. Comment les individus d’une fratrie se sculptent, agissent, se révoltent, se barricadent face au secret du grand-père. Un grand-père qui a préféré laisser s’évanouir ses rêves et les taire par peur.

«La Cité Buvard» où notre héroïne découvre un lien de parenté, un grand père parti dans les oublis ! Et cette libération : «je le savais au fond de moi» Et l’apaisement que cela suscite.

La vie

Quelle relation j’entretiens avec la vie, avec MA vie ?

Quel regard je pose sur elle ?

Quel goût je lui donne ?

Dans «InstanF & StiFf», les personnages voient la vie avec naïveté, avec des yeux d’enfants dans une générosité du donner/recevoir. Une sensibilité qui n’a pas peur d’être.

«Le Pianophone» invite à vivre ses rêves, car personnes d’autres ne peut les vivre à notre place.

La société et la place de la femme

Parfois les carcans sociétaux nous empêchent d’être nous mêmes en toute simplicité. Dans «Aller simple», nous nous plaçons du point de vue d’une femme et montrons comment nous pouvons facilement nous aliéner dans un/des rôles qui nous déroutent.

La transmission se passe de femme à femme dans «Aller simple».

La vieillesse

La question de la vieillesse est complexe. Dans «Se souvenir… se remplir», nous questionnons la place des personnes vieillissantes, de l’intérêt que l’on a pour leur histoire. Qu’ont elles à nous transmettre? Quels sont les chemins pour une vieillesse heureuse ? Cf, «Aller simple»

Voilà dans les grandes lignes nos thématiques. Notre objectif : apporter notre vision de la vie avec tendresse et humilité et la questionner.

«Je suis le laboratoire de mes recherches. Je questionne la vie, son sens et son essence. Je cherche dans l’inconfort à travers les émotions qui me traversent. Je me provoque, j’écoute. Une fois digéré, je le mets en mots en image en vie» Jennifer

Nos marionnettes et nos décors

Nous nous considérons comme des artisans du spectacle vivant. Tout sort de nos ateliers. Lorsque certaines parties sont trop techniques par exemple l’axe de rotation du pédalier du «Pianophone», les peintures du village de «Mr Ré-dieze et Melle Mi-Bémol» sur tube PVC, nous demandons de l’aide. Les marionnettes, décors, objets identifiés sont nés de croquis au coin du feu, puis coupés, assemblés dans nos ateliers. Nous réalisons nos affiches et flyers également derrière nos écrans !

Nos lieux de spectacle

Partout où l’on nous invite : à l’occasion d’un festival, sur une place de village, dans un parc, chez l’habitant, dans des établissements médicaux, un groupement scolaire, un établissement pour personnes handicapées, une salle municipale, un espace culturel …..

Au delà de nos spectacles nous avons plaisir à transmettre notre savoir faire et notre savoir être. Les actions culturellessont pour nous l’occasion se rencontrer. Nous amenons chaque participant à se mettre au service de la création. Nous allons puiser en nous pour en extraire ce que nous sommes et ce que nous avons envie d’exprimer, dans un esprit de bienveillance. Chaque création est une composition avec ce qu’est chacun, sans jugement. Nous intervenons auprès de différents publics : enfants, ado, adultes quelque que soit sa spécificité.

Des spectacles sur mesure

C’est pour nous un grand bonheur de nous adapter à une demande précise, de mettre notre savoir faire au service des envie d’autres personnes.

  • Pour le Conseil général de l’Oise, nous avons créé «Au coin fleuri» , pour les Parcs et les Jardins de l’Oise. La pluridisciplinarité demandée a rendu magique l’événement.
  • «Mr Ré-dieze et Melle Mi-Bémol», commande de la médiathèque de Compiègne pour l’adaptation, la mise en scène et l’interprétation du texte de Jules Verne.
  • «Le grand Catalpasia», direction d’acteur, mise en scène, construction de marionnettes, coordination des différentes équipes pour l’IMPRO de Cambronne les Ribécourt,
  • «Se souvenir… Se remplir» est né d’une commande de la médiathèque de Villers-Cotterêts, autour du souvenir. 

Et bien d’autres passées et, nous l’espérons, à venir. 

REVUE DE PRESSE